Publié par 3 commentaires

Histoires naturelles

Bien loin des maillots de bain, cet article est parfait pour les curieux. Ce sont aussi les origines de ce qui me passionne et qui a inspiré le nom de ma marque.

Pour la connaissance, la soif d’apprendre, pour s’inspirer et s’émerveiller… Aujourd’hui, je vous partage une grande nouvelle pour les amoureux de la botanique (entre autres).

Des illustrations historiques accessibles

La numérisation de nos bibliothèques, c’est un projet qui a débuté en 2009. L’ambition ? L’accès gratuit sur internet à ces ressources, et la préservation de collections, plusieurs fois centenaire. Les questions techniques ont pris du temps à se résoudre, notamment le choix des outils de numérisation nécessaires sur des manuscrits anciens, et le stockage de toutes ces données !

Depuis plus de 10 ans maintenant, des bibliothèques s’attellent donc à ce dur labeur : la numérisation de leurs fonds et archives (en lien un document sur la numérisation des fonds patrimoniaux). Le plus beau dans ce travail de numérisation du patrimoine, écrits et planches illustrées, c’est que le résultat est en libre accès ! Et il y a un grand nombre de fonds d’images. Ça vaut vraiment la peine de se détacher quelques minutes de Google Image et Pinterest, où les images ont souvent perdu leurs titres et leurs origines.

Dernièrement, c’est la Biodiversity Heritage Library qui nous offre un album surprenant de 150 000 illustrations. C’est incroyablement riche et enrichissant à découvrir, même lorsque l’on n’y connait rien.

La collection facilement consultable sur flickr

“I love Compiègne”

Je voulais aussi vous parler de mon préféré, découvert à l’occasion des dernières journées du patrimoine à Compiègne. Le Fonds Léré de 30000 feuillets datant du 1837. Dans cette immense documentation encyclopédique, c’est l’herbier et ses aquarelles qui me fascinent.

Bibliothèque de Compiègne, Fonds Léré, Herbier, page 115

Mais en fait, ils sortent d’où ces fonds patrimoniaux ?

Quand on cherche l’origine des bibliothèques en général, il y a un riche mécène voyageur, un prince Russe, un chercheur, un enseignant… Peu un porte l’homme, il s’agit toujours d’un don fait par un érudit.

Bibliothèque Compiègne fonds Léré
“des esprits d’une curiosité universelle” …”un savoir (…) à l’état brut”
Le contexte histoire : Buffon et son encyclopédie “L’Histoire Naturelle”

Plus précisément, voici l’origine du fonds Léré, détenu par la ville de Compiègne.

Jean-Antoine François Léré est né à Compiègne en pleine Guerre de Sept Ans avec l’Angleterre. Il a été membre de la Société d’histoire naturelle de Paris et de plusieurs autres sociétés savantes. Il va connaître la révolution française, c’est un contemporain d’Olympe de Gouges, mais son siècle, c’est avant tout celui qu’on appelle “Siècle des Lumières”.

C’est le siècle des encyclopédies, des collections de “preuves” scientifiques, d’analyse… Ce siècle a produit une collection iconographique sur tout ce qui peut s’étudier, sur tout ce que l’Homme doit comprendre.

Ça, c’est pour vous situer le contexte historique du Monsieur Léré !

Compiègne lui a garanti une pension, en échange de sa collection d’homme savant et curieux. Il s’agit principalement de notes et de dessins aquarellés sur Compiègne et ses environs.

Des trésors rendus publiques

Des histoires se cachent derrière toutes ces collections. Dans tous les domaines, notre patrimoine est incroyable. Si la botanique et les savants ne sont pas vraiment votre rayon, mais que vous avez malgré tout lu cet article jusqu’ici (merci !), voici un autre fonds incroyable : celui de la BnF.

6 millions !

C’est avec beaucoup de fierté que l’équipe de Gallica (BnF) nous annonce avoir ” franchi (le 5 février 2020) le cap symbolique des 6 millions de documents numérisés”. Qu’est-ce qu’on trouve de beau sur Gallica ? Et bien pour revenir en peu à nos moutons, je vais vous laisser découvrir des extraits choisis par mes soins de la revue “Le Petit Echo de la Mode” du 15 février 1920 (il n’y avait pas de numéro à la date de 14 dommage…).

À feuilleter sans modération 😉

Le Petit Echo de la Mode du 15 février 1920, pages 32-33

Publié par Laisser un commentaire

Nouvelle collection : N°3 HORIZON

Maillots de BAIN & SPORT

Un article entier, pour vous présenter le nouveau chapitre de mon histoire, le 3 ème, intitulé HORIZON.

Les premiers modèles de cette nouvelle collection commencent à apparaitre sur le e-shop. Les jolis minois de Julie L. et Aurélie R. enchantent cette nouvelle campagne réalisée par le photographe et artiste contemporain Andrés Baron. Leur teint porcelaine sublime les couleurs franches, fraîches et acidulées de la collection.

Les modèles

Le sommaire

Les modèles de maillots de bain se nomment Antipode, Méridien, Eclipse, Comète, pour nous faire voyager, loin… Un voyage imaginaire. Ces noms, je les ai notés dans mon carnet à bord du Boeing qui m’emmenait vers l’atelier de confection de l’autre côté de l’Atlantique : observant cette vue d’avion, parfois surréelle. L’horizon vu d’en haut. Les nuages vu de haut. Proche du Soleil. Surplombant des couleurs fauves et kitches. Rien de terrestre.

Et puis il y a notre Terre vue d’en bas. Le Soleil Sucré d’un Après-Midi, La Source. Et la Fleur de sel cette substance précieuse récoltée à la main dans un décor aux tons aussi rosés qu’un filtre instagram…

Voici pour la présentation des protagonistes de cette nouvelle collection. J’espère que leur prénom attise votre intérêt 🙂

L’ambiance

Les envies, prémices d’une collection

Avant la collection, il y a les envies, comme l’ambiance d’un doux rêve que l’on ne se rappelle pas, mais qui persiste. Des nymphes, des silhouettes sans visage, une eau calme et sauvage, un vent qui caresse et laisse sur la peau son emprunte, une chair de poule d’été, agréable…

La femme est le sujet principal. Le maillot de bain est intime et public à la fois. J’aime l’image d’une féminité sensuelle et joyeuse, qui ne sera plus maltraitée, vulgaire, ridiculisée. Le sexy peut être élégant et raffiné, le sexy n’est pas dans la perte du tissu qui recouvre le corps. Le Short Absolu est immense face à un string brésilien. Le Short Absolu est pourtant terriblement sexy !

Le Tissu

Tous les modèles sont doublés, aux finitions toujours aussi soignées. Pour cette collection j’ai choisi une association plus légère et qui offre un maintien souple. Légèreté, donc séchage plus rapide !
Le tissu a également la propriété de s’adapter à la morphologie du corps et offre une liberté maximale à vos mouvements, grâce à une haute élasticité et récupération de la fibre. Votre peau sera protégée des rayons ultraviolets. Ce tissu magique s’entretient facilement et est hyper doux au toucher.

Composition :
78 % Polyamide
22 % Elasthanne

Entretien :
Lavable en machine à 30°C

Les Formes

Top Fleur de Sel et Short Absolu

De façon encore plus assumée, vous trouverez dans cette nouvelle collection, des une pièce couvrants, comme Antipode, ou découverts, comme Après-Midi.

Des bas très distincts et qui ont en communs d’être ultra confortables et de vous donner pleine confiance dans vos mouvements.

Parmi les modèles de hauts, vous trouverez une nouvelle version du top qui couvre les épaules (cf. photo modèle Fleur de Sel). Il y a aussi la brassière Eclipse aux découpes tout droit piquées d’une combinaison vintage !

En clair, je me suis amusée avec cette collection, en pensant largement à toutes les activités où il est indispensable d’être bien dans ses vêtements. Je pense au yoga traditionnel, au yoga chaud, à la danse contemporaine, à la pôle danse, à l’aquabiking…

La polyvalence est donc toujours autant de rigueur. Rassurez-vous, pour lézarder au Soleil, ils fonctionnent aussi très bien avec leur tissu qui protège des U.V. 🙂

Publié par Laisser un commentaire

C’était UNIQUE !

Salon International de la Lingerie UNIQUE by Mode City, espace EXPOSED

C’était les 6 – 7 – 8 juillet 2019

Je reviens ici sur les moments forts du Salon International de la Lingerie auquel j’ai pris part en juillet dernier. Des rencontres, des retrouvailles, du partage, des échanges… Une expérience magique.

Salon International de la lingerie “UNIQUE”

Le Salon de la lingerie est l’événement professionnel incontournable pour beaucoup de marques du secteur lingerie et balnéaire, en tant qu’exposant ou visiteur. J’ai l’habitude d’y aller comme simple visiteur depuis 2016, année où je débutais la construction de mon projet. Ce salon est composé d’un espace dédié aux marques, et un autre dédié aux fournisseurs (tissus, accessoires …). L’édition de juillet est focalisée sur le maillot de bain, et en janvier sur la lingerie. C’est un résumé, car cet événement qui s’étale sur trois journées est très dense : conférences, espaces d’inspirations, de découvertes, sans oublier : les défilés…

I FEEL UNIQUE

I FELL UNIQUE, 7 Juillet 2018

La 1ère édition de ce défilé intitulé “I FEEL UNIQUE”, c’était le 7 juillet 2018 et j’y ai assisté ! Des femmes éblouissantes. Les “vraies” mannequins qui ont suivi avait l’air bien pâles face à ces déesses du réel et de la féminité. A ce moment, jamais je n’aurais imaginé qu’un an plus tard, un de mes maillots défilerait sur ce même événement !

La belle “Elykilleuse”, pulpeuse et tatouée porte du historia natural ! Et en effet, elle a fait le bon choix avec le deux pièces. Pour info, Ely porte la brassière Jacuzzi en 40 et la culotte Caricia en 44.

Toutes des déesses


Lors de ce défilé unique, elles étaient toutes tellement belles. J’étais aux côtés d’Amanda Medina, mon ange gardien Colombienne, lorsque je les ai vues défiler. Epanouies, pétillantes, un message puissant de diversité de la beauté (enfin !!!). Elles ont déclenché une émotion très particulière chez beaucoup de spectateurs, moi y compris ! Un moment beau et vrai.
Ce message, véhiculé sous le terme (anglais of course) de Body Positive commence à se répandre dans le marketing de toutes les marques. C’est cool, en espérant que ce ne soit pas juste un effet de mode ou un levier commercial… J’y reviendrai prochainement dans un article optimiste et critique, pompeusement intitulé (pour le moment) : “L’ethical body positive smoothie bowl “. Un truc très tendance donc, où tout le monde veut s’immiscer. Mais c’est une autre histoire !

Dans la vidéo qui suit, retrouvez les essayages ! Elles ont l’air de bien rigoler ;D

Et retrouvez le témoignage de Ida sur son blog :

Publié par Laisser un commentaire

Les culottes “Flores” – collection excursus

Gif culotte rose blanche et jaune

Les collections Excursus, ce sont : valorisation – recherche – simplicité… En effet, entre deux productions de maillots de bain, complexes dans la conception et la confection, et bien les culottes, ça nous amuse ! C’est comme un vent doux, une caresse rassurante.

C’est pourquoi autour d’une simple culotte, nous élaborons des formes idéales que l’on a plaisir à porter, ainsi qu’une jolie boîte, et une belle histoire ! Des histoires de fleurs, encore des fleurs… Point d’imprimé, mais un bel aura coloré.

Un mot : C O U L E U R S

Chaque femme a sa forme de culotte fétiche. Et selon son humeur, selon la couleur du ciel, ou du pantalon, le cœur balance, tantôt vers une envie de couleurs pétillantes, tantôt vers une teinte discrète.

On peut donc être fidèle à une forme, mais aimer varier les couleurs !

Tel un bouquet acidulé, c’est ce que la boîte à culottes de la gamme « Flores* » vous propose.

culottes couleurs

3 Bouquets – 3 Formes

Tout ce qu’on demande à une culotte, c’est de ne pas penser à elle dans la journée… Alors quelle que soit la forme choisie, les culottes de la gamme “Flores” ont un point commun : le confort.

Ce confort, c’est un entrejambe qui garde une largeur morphologique normale, même si la culotte s’échancre sur les fesses. Les coutures sont aussi étudiées pour ne pas serrer, ni à la taille, ni sur les fesses.

Ces trois culottes aux formes incontournables ont été retravaillées pour devenir idéales, quelle que soit votre morphologie.

Le choix est juste une affaire de goût !

Découvrir la gamme “Flores” : choisissez votre forme !

Culotte “Faux Tanga”, coloris Mimosa

*Fleurs

Publié par 2 commentaires

Portraits Naturels

Portraits des égéries de la marque de maillots de bain historia natural
Cloé et Sofia, cheveux et mise en beauté Carla Cirujeda, photographe Andrés Baron

Avant de parler sérieusement de maillots de bain et de la super collection qui vous attend, nous souhaitons vous présenter celles qui vont la sublimer tout au long de l’année. 

Des yeux révolver, des poses mi-sensuelles, mi-conquérantes, elles prêtent leur personnalité solaire à notre marque le temps d’une année et jouent le jeu à merveille. Pour mieux vous les présenter, tout en laissant un brin de mystère les envelopper, Cloé et Sofia se sont prêtées au jeu du portrait chinois ! Si celui-ci vous amuse, laissez nous vos réponses en commentaire au bas de l’article 😉 

Cloé…

Commençons par Cloé : sourire pétillant, énergie effervescente, voix douce et une curiosité inégalée…

« Au quotidien, je travaille dans l’informatique, je fais des petits dessins, je pianote, je danse, je me tords dans tous les sens et je porte des trucs. Je m’amuse bien ! »

Tu es plutôt …

HN. Jeanne d’Arc ou Marie Antoinette ?
Cloé. Marie Antoinette. Je préfère mourir guillotinée que brûlée vive.

HN. Une amazone ou une sirène ?
Cloé. Une amazone, c’est trop badass !

HN. Marileen Monroe ou Joséphine Baker ?
Cloé. Joséphine Baker. Je n’en suis pas capable, mais j’admire beaucoup les personnes qui portent des idées jusqu’à la foule !

HN. Cléopâtre ou Wonderwoman ?
Cloé. Wonderwoman, une amazon avec des super-pouvoirs, c’est encore plus badass !

Si tu étais …

HN. Une partie du corps :
Cloé. Les mains, parce que ça sert à caresser les chats.

HN. Un pays :
Cloé. Le pays des merveilles ?
HN. Pas de souci Cloé, je nous réserve un vol ✓

HN. Une couleur :
Cloé. Un violet iridescent, comme les rêves !
HN. Alors je ne connaissais pas, mais en effet, tout droit venu de ton pays préféré.

HN. Une activité physique :
Cloé. Le yoga, parce que j’adore repousser les limites de mon corps.

HN. Une saison :
Cloé. Le printemps. Je l’attends avec impatience chaque hiver car j’ai du mal à me réveiller quand la nature dort.
HN. Good news !! il arrive ❁

HN. Un élément :
Cloé. L’air, il parait que je remplis l’espace.
HN. En effet, t’ayant vue danser, je confirme !

HN. Un pêché capital (juste un !) :
Cloé. La gourmandise, je sais très bien faire disparaitre les gâteaux !
HN. Ok… je comprends mieux ! cette activité physique intensive cachait bien un pêché ☺︎


Merci Cloé !

Sofia…

Place à Sofia, une beauté mystérieuse au premier abord, qui enveloppe une personnalité d’une pure gentillesse et d’une grande générosité.

Tu es plutôt …

HN. Jeanne d’Arc ou Marie Antoinette ?
Sofia. Jeanna d’Arc

HN. Une amazone ou une sirène ?
Sofia. Une Amazone, guerrière dans l’âme.

HN. Marileen Monroe ou Joséphine Baker ?
Sofia. Marileen Monroe, la féminité en tout point .

HN. Cléopâtre ou Wonderwoman ?
Sofia. Wonderwoman car je n’aime pas l’injustice.

Si tu étais …

HN. Une partie du corps :
Sofia. Ma bouche ! Pour faire plein de bisous aux gens que j’aime.
HN.  ♡♥︎ ♡♥︎ ♡♥︎ ♡

HN. Un pays :
Sofia. La France

HN. Une couleur :
Sofia. Le noir, s’accorde en toute situation !
HN. Comme dirait Coco, « J’aime la couleur tant que c’est du noir » !

HN. Une activité physique :
Sofia. La marche, pour profiter de la nature.
HN. Et oui, toutes les Parisiennes aiment aussi l’appel de la nature 🌳

HN. Une saison :
Sofia. Le Printemps, pour les belles journées où l’on n’a ni trop chaud ni trop froid.
HN. ☼❀☼❀☼❀☼

HN. Un élément :
Sofia. L’eau, j’adore me baigner.

HN. Un pêché capital (juste un !) :
Sofia. L’envie.
HN. Et de quoi as-tu envie, là tout de suite ?
Sofia. … là tout de suite, j’ai envie de vacances, de Soleil, de repos.
HN. Soleil : ✔︎

Merci Sofia !

Publié par 4 commentaires

Le dessin et le maillot – SAISON 2

Illustrez- moi la mode : le styliste et ses dessins

C’est un peu tout le mythe et la fascination du métier de styliste qui tourne autour de lui : le croquis de mode.
En effet, nous avons l’impression que le poste se résume en son exécution. Dessiner des silhouettes de femmes longilignes à peine esquissées, parées de quelques traits ultra maîtrisés et arborant toutes la palette des couleurs, négligemment répandues sur la table de l’artiste. En résumé, c’est bien dans ce dessin que s’exalte toute la personnalité du styliste. En témoigne les fameux croquis de Karl.

Karl Lagerfeld croquis documentaire hommage arte
« Karl Lagerfeld se dessine » de Loïc Prigent. Ici Karl esquisse la silhouette de sa mère Elisabeth.

Petite, copiant les activités de ma grande sœur, je m’appliquais sur des silhouettes, où j’avais hâte de voir une forme humaine se dessiner, pour enfin pouvoir l’habiller de robe longues fendues. Les épaules et le cou, me donnaient beaucoup de peine ! Les illustrateurs de mode me fascinaient, celles du « Jeune et Jolie » (impossible d’en retrouver une sur le web…), Kiraz dans les pubs Canderel. Grands yeux et petite bouche triangulaires, c’est de ce dernier que je m’inspirais le plus.

illustration de mode kiraz canderel
Kiraz : ses femmes prônant la candeur et la minceur,
illustration de mode kiraz les parisiennes
et ses Parisiennes, émancipées et désinvoltes.

Le croquis de mode permet de poser à la va-vite une idée, une illumination ! Le dessin de mode est un terme bien plus vaste, car il est avant tout une illustration, utilisée dans la mode certes, mais surtout dans la presse.

Vectoriellement vôtre : le vecteur du styliste

Un autre type de dessin est pour ma part bien plus utile. En effet, le métier de styliste ne se résume pas à de beaux dessins, emplis de passion et de style. Tout ceci serait bien trop poétique et bohème. Le stylisme, c’est avant tout de la rigueur et de la précision.
À présent, laissons le dessin et les atouts séducteurs du trait de crayon de côté…
Place, au vecteur.

—————————————————-
Vecteur : Un vecteur est représenté par un segment orienté (une flèche), ayant pour extrémités un point de départ et un point d’arrivée. 
—————————————————-

Quelques reminiscences de classe de 2nde ? bons ou mauvais souvenirs de cours de mathématiques ? Même si le terme peut paraitre plus complexe que le dessin au trait, il désigne en réalité une simplification des choses. Pas de nuances, pas de style. Ce qui différencie le dessin vectoriel du dessin classique scanné, c’est son aspect basique et rigoureux (un peu comme les mathématiques !). Là où le dessin de style peut être interprété, le dessin technique ne laisse aucune place à l’imagination. La vectorisation, c’est simplifié et clarifié. L’image vectorielle peut être agrandie à l’écran sans dénaturer ses contours. C’est grâce aux vecteurs que sont réalisés les dessins techniques, indispensables au styliste et à son équipe.

Un dessin technique bien fait a besoin d’un minimum d’explications.

dessin technique maillot de bain historia natural sur illustrator
dessin technique du modèle Patio Lindo, réalisé en dessin vectoriel sur illustrator puis exporté ici en jpg

Lorsque la collection est définie – son trait de caractère, son histoire, les modèles, leurs variations, les croquis – le passage au dossier technique est indispensable. Il permet de communiquer clairement avec toute son équipe, qu’elle soit dans la même pièce que vous ou à l’autre bout du monde !

Styliste vs Modéliste

Deux métiers distincts et complémentaires

Maintenant que tout est en place, la collection, les finitions, le choix des coutures, les variations de couleurs, il manque encore un truc vous ne croyez-pas ? Le maillot !
Jusqu’à présent, nous sommes dans le virtuel, face à notre feuille de papier ou notre ordinateur. Pour que tout ceci devienne réalité, il faut le travail indispensable de modélisme. Dans l’habillement, le(a) modéliste va concevoir le patron, puis le prototype.

patron maillot de bain prêt pour digitalisation cao modélisme textile
Partie du patron de Milady prêt pour la digitalisation

Voici le patron ” à l’ancienne “, comme toutes les couturières le connaisse. Ce patron fait à la main est parfait pour couper une pièce unique.
L’étape du prototype (qui est mon terrain de jeu préféré !) reste, pour ma part, très proche du travail de confection sur-mesure. Règle, gomme, crayon, essayage, épingles… Tout ça, je maîtrise ! Ce que j’ai appris, et que je ne connaissais pas du tout avant de mettre les mains dans les maillots de bain et les pieds chez Zuhaila, ce sont les phases nécessaires à l’industrialisation. Comme une enfant dans un parc d’attraction, j’ai donc pu découvrir que dans une production industrielle, même petite, tout change.

Ce ne sont plus des ciseaux qui coupent mais une machine redoutable, munie d’une lame verticale fine et précise (qui me fait un peu peur j’avoue !) qui découpe des dizaines des couches de tissu en même temps.

Le vecteur du modéliste !

modélisme d'un patron de maillot de bain en cao
Patron numérisé (CAO)

Le patron quant à lui doit être numérisé et transformé en vecteurs ! Si si, ils sont encore là…

Une autre étape, propre à la production industrielle voit alors le jour. Il s’agit de la gradation. Ce n’est pas le plus fun du boulot de modéliste, mais il est indispensable. La gradation consiste à construire toutes les lignes correspondantes de chaque taille désirée. C’est à cette étape que pour historia natural, nous nous attelons à ne pas faire un travail mécanique. Nous réalisons des transformations propres à chaque taille pour que le modèle soit adapté du 36 au 46. Et si malgré nos efforts, les essayages en 42, 44, ou 46 ne sont pas concluants ? et bien c’est que le modèle n’est pas idéal pour ces tailles là… Ainsi, certains maillots vont parfois jusqu’au 40 ou 42.

Pour les 44 et 46, je passe beaucoup de temps pour réaliser le maillot parfait, ni plus ni moins.

Par ailleurs, la production soulève également les questions de rendement et d’optimisation de la matière. Ainsi, après la numérisation du patron, c’est un jeu de Tetris qui permet de mettre en place le meilleur tracé. Le tracé, c’est l’emboitement de toutes les pièces du patron, dans toutes les tailles souhaitées ! Et là encore, quand j’ai décidé d’ajouter le 44 et 46, j’ai compris pourquoi beaucoup de marques les négligent : parce que c’est plus compliqué, donc plus de temps et donc plus coûteux 😉 Et c’est justement parce que ça demande du travail et de la rigueur que j’adore élaborer des pièces idéales pour toutes les femmes.

cao tracé patron modélisme production textile
Le tracé : emboiter toutes les pièces le mieux possible…

L’autre atout de l’industrialisation

C’est l’équipe

Un outil indispensable et extraordinaire que j’ai découvert à travers mon histoire de maillots de bain en Colombie, c’est l’équipe. La découverte du travail partagé, c’est faire connaissance avec chacun des maillons, avec chacune de ces tâches bien définies et bien attribuées ! Et ça, c’est le plus beau des pouvoirs magiques de ma petite entreprise : (liste non exhaustive) elles s’appellent Amanda, Celina, Maria Camilla, Isabela, Marta, Nancy… …

C’est l’été encore, mon travail en solo n’est pas fini. Il me reste une collection à finir de structurer et des prototypes à ébaucher. Mais déjà, le voyage se prépare. C’est pour cet automne, les dates sont fixées. Vous saurez tout de mes journées de travail, des petites difficultés et des grandes fiertés.

J’espère que vous prendrez plaisir à suivre la suite de l’aventure qui est tissée en creux de mes beaux maillots.
A très vite,

Eva

Publié par Un commentaire

Automne – SAISON 3

dessin sirène

Nous revoici, pour la suite de l’Odyssée de la création d’un maillot de bain HISTORIA NATURAL. L’Odyssée, car en effet, le moment est venu pour HISTORIA NATURAL de braver l’Atlantique afin de retrouver son équipe en Colombie. En vrai, je vous rassure, le voyage est certes long mais pas aussi aventureux que celui d’Ulysse, même si toutes les belles sirènes qui vêtiront mes maillots ne quittent pas mon esprit…

Les feuilles rousses de l’automne français me manquent terriblement depuis quelques années j’avoue… Mais les journées colombiennes n’ont rien à envier à l’hiver français qui se tisse tranquillement.

Le voyage à l’atelier en Colombie

Sans avoir eu le temps de lézarder sur les plages françaises cet été, la rentrée a eu son lot d’angoisses et d’excitations, sous le Soleil et la pluie de Bogotá !

Qu’y a-t-il dans la valise fraîchement débarquée en Amérique Latine ? Et bien beaucoup de boulot … Des prototypes, des vêtements d’inspiration, des dessins, des planches à afficher sur le mur du bureau de design. Sans oublier, mon tablier de boulot et ma trousse de couture.

travail de stylisme production
ça, c’est la collection N°3 HORIZON qui est prête pour la production !

La joie des retrouvailles, de l’espagnol qui me chatouille la langue… mais aussi les embouteillages, la pollution et le froid. En effet, Bogotá est situé à 2500 m d’altitude. Sans s’en rendre vraiment compte, car on n’a rien gravi du tout pour y arriver, le climat et le mal de la montagne est là ! Couplé au voyage et au décalage horaire (6 ou 7 h), en fait, je trompe un peu le décalage horaire en me réveillant avec les premiers rayons du Soleil…

levé de soleil Bogota
levé de soleil Bogota

Journée type

Vous allez penser que cette journée est un peu folle, mais en Colombie, l’ensoleillement est de 12h ! Le soleil se lève à 5h30 et se couche à 17h30, et ce, tous les jours de l’année. Seule la pluie peut faire vaciller tout ça !

5h30 – Réveil – “Madrugar” Il y a en espagnol beaucoup de mots qui n’existent pas en Français. Ici, juste un mot pour dire “se lever tôt” 😉 C’est un peu comme si nous disions “Matiner”

7h30 – Arrivée à l’usine – Dans le quartier de Bogota Marsella (= Marseille !) Et oui, je ne mens pas si je dis qu’en Colombie, je travaille à Marseille 😀

11h – “Onces” – Los onces, (= onze), c’est la collation de la matinée. L’heure pour Célina la modéliste de sortir son tuperwear de fruits coupés, banane, papaye, ananas… Les Jeudis, c’est l’usine qui régale tout le monde d’une spécialité, arepa, roscone, empanadas, pastel con arequipe…

13h30 – “Almuerzo” – Le moment de gravir les étages pour rejoindre la salle de repas. Les colombiens mangent beaucoup de riz.

17h30 – Bus – Le bus c’est toute une histoire… Il ne faut surtout pas s’endormir en l’attendant, car premièrement, on ne sait pas du tout quand il va passer, et si vous ne lui faites pas signe, il ne s’arrêtera pas ! Autre difficulté, il roule vite, et le numéro n’est pas très visible, bref mieux vaut chausser ses lunettes.

18h30 – Sport – L’année dernière, j’ai pu tester le bikrame yoga. Cette année, c’est piscine et yoga.

arepa colombienne

20h30 – Une arepa avec queso campesino et avocat – ça c’est mon petit repas du soir préféré 😉

21h30 – DODO

Voici une journée de travail en semaine à l’usine. Bien sûr, le chef, c’est moi-même (!! ahh !!) donc je fais comme je veux. Si je veux sortir plus tôt, je m’organise juste pour terminer mes objectifs de la journée avant de partir 😉 et ça c’est le bonheur d’être entrepreneuse. Pour découvrir ou redécouvrir les origines de toute cette aventure, c’est par ici.

Publié par 2 commentaires

Du dessin au maillot – SAISON 1

croquis de mode

Le grand voyage dans la conception d’un maillot de bain débute ici…
Car il s’agit bel et bien d’un voyage en quatre saisons ! Vous êtes prêts ?

Hiver

C’est dans le froid de l’hiver picard que la collection de maillots de bain commence à naitre. Prémices d’idées, envie de couleur, inspirations, ambiances… Au début, une collection c’est comme une grande salade de fruits en préparation.

Sélectionner, trier, choisir, couper, assembler, assaisonner et c’est près !

Bien souvent, je fais dans ma tête le parallèle entre le métier de cuisinier et de styliste car les deux se rapprochent à beaucoup d’égards. Le chef doit savoir où il veut aller, c’est bien lui qui dirige, mais tout seul, il n’irait pas bien loin ! Et surtout, jusqu’à la dernière minute, rien n’est figé et tout peut encore changer. Ce sont par excellence des métiers humains : une chaîne humaine où la prise de décisions est cruciale, d’où, la fameuse “erreur humaine” qui rôde à chaque instant ….

Je suis l’erreur humaine …

C’est la bête noire de toute industrie, car elle fait perdre du temps et de l’argent, elle est d’ailleurs ultra réduite dans certains domaines, comme la fabrication automobile par exemple où les machines sont incroyablement autonomes.

Mais revenons à nos maillots, qui eux ont besoin de têtes bien fraîches et de mains bien aiguisées. Les métiers humains, c’est surtout une source inépuisable d’apprentissages et d’échanges où l’équipe est primordiale.

Les coulisses d’une collection

Pour avoir une collection, il faut des idées. Et pour avoir une idée, il faut des envies. Les mêmes envies que vous pouvez avoir en jalousant la paire de bottines de votre voisine dans le métro… Les premières envies peuvent ainsi avoir plusieurs origines. Par exemple, tout bon styliste a, ce que l’on appelle “Des archives”.

Archives mode
…. heu… en vrai c’est pas tout à fait ça !

C’est une collection de vêtements de toutes sortes, récupérés, achetés ou précieusement gardés… on ne sait pas toujours pourquoi, jusqu’au jour où ! Ce fameux jour, il inspirera une finition, un mode de fermeture, une forme. Sans le copier, il est une base d’inspiration.

Et bien dansez maintenant…

Après, chaque styliste peut fonctionner différemment, il n’y a pas de règle. Pour ma part, la page blanche et le crayon ne m’inspirent rien si je me fixe l’objectif de dessiner un super maillot de bain. La chose qui m’inspire, c’est le corps. Quelle frustration de voir se mouvoir devant mes yeux danseuses et danseurs durant un spectacle, sans pouvoir croquer les idées qui me passent par la tête !

Croquis en ligne à partir de la danse
Croquis de Kandinsky sur la danse de Gret Palucca, 1926 Berlin. Archive Bauhaus

Voir un corps en mouvement est la chose la plus inspirante. Il donne l’envie de montrer un dos, de couvrir une épaule pour mieux découvrir un ventre.

Le maillot de bain c’est ça, choisir : quoi montrer et comment le montrer.

Traits, lignes et courbes…

Le dessin, c’est aussi une base d’inspiration inévitable. Certains stylistes pourraient être fascinés et inspirés en croquant les lignes d’architecture moderne d’une grande ville : et hop, une robe minimaliste déstructurée est née. De mon côté, c’est encore et toujours le corps qui m’intéresse. Dessiner un nu féminin, c’est un assemblage sans fin de courbes, de lignes, de couleurs, où les ombres peuvent habiller la peau et la lumière révéler les détails.

Croquis nu féminin
nu crayons de couleurs – nu aquarelle (sur papier pas fait pour ;p)

Le toucher, la matière…

La troisième possibilité pour faire naître l’idée de l’année, c’est pour moi le modélisme pur, que l’on appelle “moulage”. Le corps est toujours là, il s’appelle Stockman, ses courbes sont rudimentaires et sa souplesse aussi !

mannequin mode Stockman
Je vous présente Stockman, taille 42 des années 50 et Stockman lingerie, moderne taille 38

Le moulage, c’est quand on dispose le tissu sur le mannequin à l’aide d’épingles. On place pinces, plis, découpes. Tout est possible, c’est comme de la sculpture directement dans le tissu. Des choses surprenantes peuvent apparaître. C’est comme une esquisse. Le modèle Camélia de la collection #2 est né ainsi.

Ensuite, il faut le remettre à plat pour en sortir le patron papier.

Quand l’histoire de l’année prend forme

Après toutes ces tentatives, recherches et croquis, vient le moment de la cohérence ! La collection de maillots de bain doit sortir de la tête, être claire pour les autres et donner envie. La mise au propre d’une gamme de couleurs est une des bases essentielles. Les bureaux de tendances sont là pour communiquer sur les couleurs qui feront l’année suivante. Pour ma part, je préfère partir avec mes propres envies, déconnectées des “tendances”. Ensuite, je recoupe ma gamme de couleurs avec la carte-couleur de mon fournisseur, si mes couleurs sont dans ses propositions, c’est que je ne suis pas à côté de la plaque !

la suite :

SAISON 2 – Le dessin et le maillot
SAISON 3 – Automne

Et n’hésitez pas à réagir en commentant l’article 🙂

Publié par Laisser un commentaire

Fait et à faire

Chez historia natural, nous voulons tendre vers un respect de la planète. Ceci est logique pour toutes les marques du secteur, se lançant dans une époque baignée par une crise écologique de grande ampleur. Et puis avec un nom pareil, le contraire sera absurde !

Evolution du quotidien => changements dans les entreprises

Nous prenons tous conscience des gestes à adopter (découvrir les producteurs près de chez nous, réfléchir avant d’acheter…) et des comportements à bannir (utilisation de vaisselle jetable, pailles et compagnie…). Il va de soi que la création d’une marque dans ce contexte soulève pléthore de problématiques. Tout n’est pas parfait, mais la solution est de définir les objectifs pas à pas pour améliorer notre emprunte. Comme nous le faisons tous au quotidien : je peux dire que ça fait plus de 15 ans que le besoin de raisonner consommation et impact sur la nature me semble une évidence. Mais je peux également affirmer que je ne suis pas encore irréprochable. Les changements notables de ces deux dernières années : redécouverte des joies du marché local, coton à démaquiller banni, cosmétiques industriels bannis… C’est donc une démarche qui prend du temps, dans une entreprise c’est pareil.

Des valeurs -> un but -> des choix

L’objectif de respect de l’environnement, de l’humain qui fabrique et qui consomme est un défi de taille. Tout est remis en question à chaque instant :
– le tissu
– les chutes de tissus
– le conditionnement
– l’emballage des commandes internet
– le papier pour imprimer votre facture….

Vous voyez où je veux en venir ? toutes ces problématiques se solutionnent avec un peu d’imagination, de patience, et d’argent, car tous ces choix écologiques ont un coup élevé.

L’exemple basique du ruban adhésif : l’alternative écologique est à plus de 5 fois le prix du ruban traditionnel. Mais mettre un ruban polypropylène sur un carton choisi recyclé et recyclable n’est pas concevable !

Nos démarches

historia natural, c’est une marque française de maillots de bain avant tout autre chose. Et si vous pouvez voir une rubrique “lingerie”, ce n’est pas dans une optique d’élargir l’offre (nous n’en sommes pas encore là !).

Pour répondre à notre volonté d’une démarche responsable, nos collections Excursus, dont les articles de lingerie font partie, nous accompagnent : tout savoir ici !



Excursus ! What ??

Publié par Un commentaire

EXCURSUS ! What ??

“Pleine Lune” : première ligne de nos collections excursus. Ici, le Body Vénus

Dans les publications d’historia natural, vous avez peut-être vu apparaître un mot un peu étrange accompagnant certains articles : #excursus

EXCURSUS, subst. masc.

PHILOL. Dissertation en forme de digression à l’occasion d’un mot ou d’une pensée d’un auteur de l’Antiquité.

http://www.cnrtl.fr/lexicographie/excursus#

Ce mot, mystérieux et poétiquement antique, on l’a choisi pour nommer nos collections parallèles, que certaines marques appellent “collections capsules”. Rien de très élégant dans ce dernier terme !

PERFECTIONNEMENT ET OPTIMISATION

historia natural développe une seule collection par an. Alors pourquoi ces collections ? Et bien elles sont intimement liées à la collection principale et elles nous accompagnent sur deux points importants de la production textile :

La recherche

Nous voulons proposer des modèles de grande qualité et à la coupe parfaite. Et comme nous sommes perfectionnistes, nous avons toujours envie d’améliorer et de retravailler nos modèles. Notre Body Vénus par exemple découle du maillot de bain Le Pavot. La coupe a subi de petits ajustements pour qu’il sublime encore plus tous les corps, et les tailles 44 et 46 ont ainsi pu voir le jour.

La valorisation des matières premières

Pour la confection d’un maillot une pièce en taille 46 par exemple, les chutes de tissus sont impressionnantes. D’autant plus que le prix de nos tissus lycra, et doublure sont élevés. La solution pour que le prix de nos maillots de bain ne s’envole pas ? Des culottes !

En quantités limitées, ici la culotte “Piel” du lot “Piel y Noche”

Nous avons donc élaboré une forme optimisée pour se glisser dans les espaces vides du tissu : découpes devant en “couture ouverte”, couture milieu dos. En plus d’être hyper confortable et douce, cette culotte permet de réduire le taux de déchets de nos productions. Elles ont été testées, portées durant une année, avec lavages répétés sans les ménager. Résultat ? Elles sont toujours au top, et nous ont permis d’être encore plus confiantes dans la qualité et la résistance des doublures de nos maillots de bain, car ce sont bien eux les vraies stars, chez historia natural !