Publié par 2 commentaires

Du dessin au maillot – SAISON 1

croquis de mode

Le grand voyage dans la conception d’un maillot de bain débute ici…
Car il s’agit bel et bien d’un voyage en quatre saisons ! Vous êtes prêts ?

Hiver

C’est dans le froid de l’hiver picard que la collection de maillots de bain commence à naitre. Prémices d’idées, envie de couleur, inspirations, ambiances… Au début, une collection c’est comme une grande salade de fruits en préparation.

Sélectionner, trier, choisir, couper, assembler, assaisonner et c’est près !

Bien souvent, je fais dans ma tête le parallèle entre le métier de cuisinier et de styliste car les deux se rapprochent à beaucoup d’égards. Le chef doit savoir où il veut aller, c’est bien lui qui dirige, mais tout seul, il n’irait pas bien loin ! Et surtout, jusqu’à la dernière minute, rien n’est figé et tout peut encore changer. Ce sont par excellence des métiers humains : une chaîne humaine où la prise de décisions est cruciale, d’où, la fameuse « erreur humaine » qui rôde à chaque instant ….

Je suis l’erreur humaine …

C’est la bête noire de toute industrie, car elle fait perdre du temps et de l’argent, elle est d’ailleurs ultra réduite dans certains domaines, comme la fabrication automobile par exemple où les machines sont incroyablement autonomes.

Mais revenons à nos maillots, qui eux ont besoin de têtes bien fraîches et de mains bien aiguisées. Les métiers humains, c’est surtout une source inépuisable d’apprentissages et d’échanges ou l’équipe est primordiale.

Les coulisse d’une collection

Pour avoir une collection, il faut des idées. Et pour avoir une idée, il faut des envies. Les mêmes envies que vous pouvez avoir en jalousant la paire de bottines de votre voisine dans le métro… Les premières envies peuvent ainsi avoir plusieurs origines. Par exemple, tout bon styliste a, ce que l’on appelle « Des archives ».

Archives mode
…. heu… en vrai c’est pas tout à fait ça !

C’est une collection de vêtements de toutes sortes, récupérés, achetés ou précieusement gardés… on ne sait pas toujours pourquoi, jusqu’au jour où ! Ce fameux jour, il inspirera une finition, un mode de fermeture, une forme. Sans le copier, il est une base d’inspiration.

Et bien dansez maintenant…

Après, chaque styliste peut fonctionner différemment, il n’y a pas de règle. Pour ma part, la page blanche et le crayon ne m’inspirent rien, si je me fixe l’objectif de dessiner un super maillot de bain. La chose qui m’inspire, c’est le corps. Quelle frustration de voir se mouvoir devant mes yeux danseuses et danseurs durant un spectacle, sans pouvoir croquer les idées qui me passent par la tête !

Croquis en ligne à partir de la danse
Croquis de Kandinsky sur la danse de Gret Palucca, 1926 Berlin. Archive Bauhaus

Voir un corps en mouvement est la chose la plus inspirante. Il donne l’envie de montrer un dos, de couvrir une épaule pour mieux découvrir un ventre.

Le maillot de bain c’est ça, choisir : quoi montrer et comment le montrer.

Traits, lignes et courbes…

Le dessin, c’est aussi une base d’inspiration inévitable. Certains stylistes pourraient être fascinés et inspirés en croquant les lignes d’architecture moderne d’une grande ville : et hop, une robe minimaliste déstructurée est née. De mon côté, c’est encore et toujours le corps qui m’intéresse. Dessiner un nu féminin, c’est un assemblage sans fin de courbes, de lignes, de couleurs, où les ombres peuvent habiller la peau et la lumière révéler les détails.

Croquis nu féminin
nu crayons de couleurs – nu aquarelle (sur papier pas fait pour ;p)

Le toucher, la matière…

La troisième possibilité pour faire naître l’idée de l’année, c’est pour moi le modélisme pur, que l’on appelle « moulage ». Le corps est toujours là, il s’appelle Stockman, ses courbes sont rudimentaires et sa souplesse aussi !

mannequin mode Stockman
Je vous présente Stockman, taille 42 des années 50 et Stockman lingerie, moderne taille 38

Le moulage, c’est quand on dispose le tissu sur le mannequin à l’aide d’épingles. On place pinces, plis, découpes. Tout est possible, c’est comme de la sculpture directement dans le tissu. Des choses surprenantes peuvent apparaître. C’est comme une esquisse. Le modèle Camélia de la collection #2 est né ainsi.

Ensuite, il faut le remettre à plat pour en sortir le patron papier.

Quand l’histoire de l’année prend forme

Après toutes ces tentatives, recherches et croquis, vient le moment de la cohérence ! La collection de maillots de bain doit sortir de la tête, être claire pour les autres et donner envie. La mise au propre d’une gamme de couleurs est une des bases essentielles. Les bureaux de tendances sont là pour communiquer sur les couleurs qui feront l’année suivante. Pour ma part, je préfère partir avec mes propres envies, déconnectées des « tendances ». Ensuite, je recoupe ma gamme de couleurs avec la carte-couleur de mon fournisseur, si mes couleurs sont dans ses propositions, c’est que je ne suis pas à côté de la plaque !

à suite …

Et n’hésitez pas à réagir en commentant l’article 🙂

2 réflexions au sujet de « Du dessin au maillot – SAISON 1 »

  1. Tes dessins faits main ponctuent agréablement ce bel article. Cette saison 1 est expliquée avec précision et permet de comprendre le cheminement de l’idée à la conception finale. Bravo (*-*)

  2. Merci ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *